Taille du texte : A- A A+

COVID-19 : Réduction de l’impact économique sur la profession

Fond de solidarité, indemnités journalières, mesures prises par l'URSSAF et la Carpimko...

En savoir plus keyboard_arrow_down
printImprimer

Retrouvez ici les informations officielles au sujet de l'impact économique de la crise sanitaire sur la profession de kinésithérapeute.

Dernière mise à jour : 11/05/20
 

Consultez nos autres articles-thématiques :

 

NOUVEAU! MESURES DIVERSES

1) Prêt garanti par l'Etat

Applicable pour les professions libérales, il s’agit d’un prêt de trésorerie d’1 an pouvant couvrir jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires, et amortissable sur une durée de 3 à 5 ans. Ce prêt bénéficie d’une garantie de l’État à hauteur de 70 à 90 %, selon la taille de l’entreprise. Le détail ICI.

En cas de refus de prêt garantie par l’État, il vous est possible de demander l’aide complémentaire régionale : jusqu’à 5000 € d’aides pour les très petites entreprises(TPE), micro-entrepreneurs, professionnels libéraux, associations et autres agents économiques implantés en Île-de- France qui réalisent moins de 1 million d’euros de chiffre  d’affaires (CA) et qui ont fait l’objet d’une fermeture administrative ou enregistré une baisse de plus de 50% de leur CA en mars 2020, par rapport à mars 2019.

Les kinésithérapeutes, éligibles au fonds de solidarité, peuvent donc en faire la demande, sous les conditions suivantes :

  • Employer au 1er mars 2020 au moins 1 salarié en CDI ou en CDD,
  • Avoir un solde négatif entre, d’une part, l’actif disponible et, d’autre part, les dettes éligibles dans les 30 jours et le montant des charges fixes, y compris les loyers commerciaux ou professionnels, dues au titre des mois de mars et avril 2020,
  • S’être vu refuser, depuis le 1er mars 2020, un prêt d’un montant raisonnable par la banque dont l’entreprise était cliente (ou ne pas avoir reçu de réponse à cette demande dans un délai de 10 jours).

Précisions sur le montant :

  • 2.000 € pour les entreprises ayant un CA constaté lors du dernier exercice clos inférieur à 200.000 €, pour les entreprises n’ayant pas encore clos un exercice et pour celles ayant un CA constaté lors du dernier exercice clos supérieur ou égal à 200.000 € et pour lesquelles le solde entre actif et dettes mentionné ci-dessus est inférieur, en valeur absolue, à 2 000 €.
  • Le montant de la valeur absolue du solde entre actif et dettes mentionné ci- dessus dans la limite de 3.500 €, pour les entreprises ayant un chiffre d’affaires constaté lors du dernier exercice clos compris entre 200.000 et 600.000 €
  • Le montant de la valeur absolue du solde entre actif et dettes mentionné ci- dessus dans la limite de 5.000 €, pour les entreprises ayant un CA constaté lors du dernier exercice clos égal ou supérieur à 600.000 €.
  • Voir le site de la Région IDF


2) Moduler ses impôts

Pour les travailleurs indépendants : il est possible de moduler à tout moment le taux et les acomptes de prélèvement à la source. Il est aussi possible de reporter le paiement des acomptes de prélèvement à la source sur les revenus professionnels d’un mois sur l’autre, jusqu’à trois fois si les acomptes sont mensuels, ou d’un trimestre sur l’autre si les acomptes sont trimestriels.

3) Autres dispositifs


o Cellule Covid-19 d'aide aux entreprises de la Région Île-de-France
Des conseillers sont à votre service pour vous guider afin de bénéficier de ces mesures exceptionnelles.
Tél. : 01 53 85 53 85, du lundi au vendredi de 9h à 18h.
Mail : covid-19-aidesauxentreprises@iledefrance.fr

o Médiation d’un crédit pour bénéficier du rééchelonnement des crédits bancaires

La Médiation du crédit est un dispositif public qui vient en aide à toute entreprise qui rencontre des difficultés avec un ou plusieurs établissements financiers (banques, crédit bailleurs, sociétés d'affacturage, assureurs-crédit, etc.).

- Correspondant TPE/PME de votre département : Tél. : 0 800 08 32 08 (service et appel gratuit).
Mail : TPMExx@banque-france.fr  (remplacer xx par le n° du département)

- Un Tiers de confiance de la Médiation du crédit : Tél. : 0 810 001 210 (0,06 €/min + prix d’appel)

o Ordre des experts-comptables Paris - Région Île-de-France
Tél : 0 800 06 54 32 (numéro vert gratuit)

o Administrateurs et les mandataires judiciaires
Tél. : 0 800 94 25 64 (numéro vert gratuit)

 

AIDE FINANCIERE DE L'ASSURANCE MALADIE 
 

Le 29 avril 2020, le Ministère des Solidarités et de la Santé a édité un communiqué annonçant une aide financière à destination des professionnels de santé libéraux conventionnés en perte d'activité.

Vous avez dû recevoir, par mail envoyé par Ameli Pro, les informations suivantes concernant l'attribution de cette aide :

"A partir du 30 avril vous pourrez si vous le souhaitez faire une demande d'indemnisation en vous connectant à amelipro, et bénéficier d'un premier acompte pour la période du 16 mars au 30 avril.

Vous trouverez sur amelipro des informations plus détaillées sur les modalités de calcul de cette aide, qui est calculée à partir :

  • D'un taux de charge fixe standardisé et calculé par l'Assurance Maladie pour chaque profession de santé et par spécialité médicale.
     
  • D'informations individuelles que vous êtes invité à renseigner dans le téléservice :
  1. Le montant de vos honoraires sans dépassements remboursables par l'Assurance Maladie perçus en 2019 ;
  2. Le montant des honoraires sans dépassements facturés ou à facturer (perçus ou à percevoir) entre le 16 mars et le 30 avril 2020 [montant des honoraires issus de votre activité] ;
  3. Les autres revenus (chômage partiel, indemnités journalières, fonds de solidarité) que vous avez perçus ou que vous allez percevoir à partir du 16 mars et jusqu'au 30 avril 2020 en plus de vos honoraires.

Cette aide ne pourra être calculée précisément qu'à partir du moment où toutes ces données seront stabilisées et connues de l'Assurance Maladie, d'ici la fin de l'année 2020.

Néanmoins, le téléservice vous permet de solliciter dès maintenant une première avance sur le montant de l'aide économique qui vous sera versée sous un délai de 15 jours environ pour la période du 16 mars au 30 avril. Cette avance s'élève au maximum à 80% du montant de l'indemnisation calculée par le simulateur, vous pouvez choisir le montant d'avance que vous souhaitez solliciter en fonction de vos besoins financiers et de l'estimation faite via ce téléservice à partir des données renseignées.

Ces avances seront déduites du montant de l'indemnisation qui sera calculé en fin d'année. Une récupération pourra cependant intervenir si les montants perçus à ce titre s'avéraient supérieurs à l'indemnisation totale finale calculée par l'Assurance Maladie.

Une nouvelle demande d'avance pourra être formulée à la fin de chaque mois pendant toute la durée de la crise."

 

INDEMNITÉS JOURNALIÈRES 

L'Assurance Maladie a complété ses mesures de prise en charge
, de manière dérogatoire et sans délai de carence, des indemnités journalières des professionnels de santé libéraux, notamment sur la procédure à suivre selon 3 cas de figure :

1) Professionnels de santé dont le diagnostic d’infection à Covid-19 a été posé cliniquement ou biologiquement.
2) Professionnels de santé dont le confinement à domicile est recommandé (femmes enceintes dans leur 3e trimestre de grossesse ainsi que personnes atteintes de certaines pathologies).
3) Professionnels de santé dont l’arrêt d’activité est lié à des contraintes de garde d’enfant de moins de 16 ans.

De plus, jusqu’au 24 mars dernier les professionnels de santé étaient invités à contacter un numéro d’appel unique. Cette plateforme n’est désormais plus à contacter. Il vous faudra suivre les procédures décrites ci-dessus suivant la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Par ailleurs, l'Assurance Maladie assure que la facturation par télétransmission en lot dégradé n’impactera pas le versement des aides à la télétransmission.


Voir l'article complet ICI



 

SUIS-JE ÉLIGIBLE AU FOND DE SOLIDARITÉ ? 

Le gouvernement a mis à jour ses mesures de soutien aux entreprises. Pour être éligible, il faut avoir subi une perte d’au moins 50% de chiffre d’affaires en mars 2020 par rapport à mars 2019 (et non plus 70%).
Retrouvez le détail et les conditions dans ce communiqué du ministère de l’économie.


Sont concernés par cette aide pouvant aller jusqu’à 1 500€ : les TPE, indépendants, micro-entrepreneurs et professions libérales ayant un chiffre d’affaires inférieur à 1 million d’euros, et un bénéfice annuel imposable inférieur à 60 000€. Les kinésithérapeutes sont donc concernés.

Pour en bénéficier, il faut avoir fait l’objet d’une fermeture administrative, ou avoir subi une perte d’au moins 50% de chiffre d’affaires en mars 2020 par rapport à mars 2019. Pour ceux dont la structure a été créée après mars 2019, et avant le 1er février 2020, c’est le chiffre mensuel moyen depuis la création qui est pris en compte dans le calcul.

Les kinésithérapeutes, non concernés par la notion de fermeture administrative, peuvent en revanche être concernés par la baisse de chiffre d’affaires, sur base du chiffre réellement encaissé (et non sur base de la facturation des actes effectués).

Depuis le 1er avril, toutes les entreprises concernées peuvent faire une déclaration sur le site des impôts - impots.gouv.fr - pour recevoir cette aide, défiscalisée, allant jusqu'à 1 500 €.

Dans son communiqué, le ministère précise également que ces mesures, applicables pour le mois de mars, seront renouvelables pour le mois d’avril. Il indique également que les entreprises en difficulté peuvent également solliciter leur banque pour l’obtention d’un prêt garanti par l’Etat ; et que les entreprise de plus de 1 salarié, en grande difficulté, ont également la possibilité de déposer un dossier pour l’octroi d’une aide supplémentaire forfaitaire pouvant aller jusqu’à 2 000 €.

Accéder au site du ministère de l’économie ICI



MOBILISATION POUR LA PÉRÉNNITE DES CABINETS LIBÉRAUX

Dans une situation où l’activité des kinésithérapeutes libéraux est réduite aux soins prioritaires et non reportables, les préoccupations quant à la protection économique de la profession sont nombreuses. La Fédération Française des Praticiens de Santé (FFPS), regroupant les principaux syndicats d'infirmiers libéraux, de kinésithérapeutes, d'orthophonistes, d'orthopédistes et de pédicures-podologue ;  se mobilise et travaille à la mise en place d’un modèle économique pérenne, pour l’ensemble des professions de santé représentées.

Des concertations s’ouvriront dans les prochains jours avec l’Assurance Maladie et chaque syndicat portera les spécificités de sa profession.

Retrouvez ici le communiqué de presse



MESURES D'ACCOMPAGNEMENT - URSSAF

L'échéance URSSAF mensuelle du 20 avril, comme celle du 20 mars, ne sera pas prélevée.
Dans l’attente de nouvelles dispositions, le montant de cette échéance sera lissé sur les échéances ultérieures à venir (mai à décembre).

En complément de cette mesure, vous pouvez solliciter auprès de l'URSSAF directement :

  • un ajustement de votre échéancier de cotisations pour tenir compte d’ores et déjà d’une baisse de votre revenu, en réévaluant votre revenu 2020 sans attendre la déclaration annuelle ;
  • les services des impôts pour bénéficier de l'aide prévue par le fonds de solidarité (voir ci-dessus).

Retrouvez le document complet

 

MESURES D'ACCOMPAGNEMENT - CARPIMKO

Le recouvrement des cotisations Retraite et Invalidité est provisoirement suspendu.
Sans aucune démarche à effectuer de votre part, les mesures ci-dessous s’appliquent :

  • Suspension des prélèvements de cotisations entre le 15 mars et le 30 avril 2020
  • Report de ces prélèvements en novembre et décembre 2020
  • Mesure susceptible d’être renouvelée pour les échéances du mois de mai 2020 en fonction de l’évolution de la situation
  • Ne pas tenir compte de la demande d’acompte de mars 2020
  • Aucune pénalité ou majoration de retard ne sera appliquée courant 2020 au titre des cotisations 2020 et régulations 2019

Vos droits au Régime Invalidité et Décès sont maintenus (sous réserve d'être à jour de vos cotisations et majorations de retard au 31/12/2019).
Suspension des majorations de retard jusqu’au 31 mai ainsi que des mesures de recouvrement amiables (mises en demeures) et forcées (contraintes).


Retrouvez le document complet