Taille du texte : A- A A+

COVID-19 : Stratégie de dépistage

Dépistage, isolement, définition de cas contact, ...

En savoir plus keyboard_arrow_down
printImprimer

Retrouvez ici les informations officielles au sujet de la stratégie d'isolement et de dépistage.

Dernière mise à jour : 06/01/2021

Consultez nos autres articles-thématiques :

 

NOUVEAUX VARIANTS DU SARS-COV-2 : ADAPTATION DES CONSIGNES DE DÉPISTAGE

Mise à jour : 06/01/2021

Suite à l’apparition de nouvelles souches du SARS-CoV-2, la Direction Générale de la Santé a publié des mesures d’adaptation quant aux consignes de dépistage. Celles-ci concernent les retours de l’étranger ainsi que le choix des tests de dépistage.
 

♦ Lorsqu’une personne souhaite se faire dépister, questionner sur : 

  • Un retour de l’étranger dans les 14 jours précédant ou sur un « contact à risque » d’une personne ayant séjourné à l’étranger dans les 14 jours suivant son retour.
     
    • En cas de réponse positive, renseigner dans SIDEP le pays de provenance.
       

♦ Pour les personnes ayant séjourné en Afrique du Sud ou ayant été en contact avec une personne y ayant séjourné :

  • Orienter vers un test RT-PCR qui sera adressé au CNR (Centre National de Référence) pour Dépistage.


♦ Choix des tests :

Les mutations observées touchant la protéine S, il est demandé d’utiliser des tests ciblant la protéine N (ou N+S). La liste des tests agréés est disponible sur le site en cliquant ici.

 

  Consultez la DGS-Urgent n°69

 

 

CONTACT TRACING – LES KINÉSITHÉRAPEUTES ACTEURS CLÉS DU DISPOSITIF

Mise à jour : 21/12/2020

Depuis le 18 décembre, les kinésithérapeutes sont invités à participer à la stratégie de contact tracing en identifiant les cas contact d’un patient testé positif. Contactées par l’Assurance Maladie (par téléphone, mail, via leur compte Ameli ou SMS), ces personnes seront immédiatement invitées à s’isoler et à se faire tester.
 

♦ Quel est le périmètre de recherche ?

Cette démarche de recensement est à réaliser :

  • pour les personnes partageant le même foyer que la personne testée positive ;
     
  • dans la mesure du possible, pour les personnes « contact à risque ».

 

♦ Comment savoir qui est « contact à risque » ?

Pour cela, il faut suivre les définitions établies par Santé Publique France. Vous pouvez les retrouver sur notre infographie : « Suis-je cas contact ? »

 

♦ Comment remonter ces informations ?

  La remontée des informations s’effectue via un téléservice, dénommé « Contact Covid », disponible sur amelipro.

  Pour accéder au tutoriel de l’Assurance Maladie, cliquez ici.


La saisie des données est indépendante de la remontée des informations dans SI-DEP. Elle doit donc être réalisée en parallèle. Après vous être connecté à amelipro, vous devrez :

  • Créer la fiche « patient zéro »
     
  • Créer une fiche « patient contact » par personne identifiée.

En cas de souci technique, vous pouvez consulter l’assistance technique de l’Assurance Maladie, au 3608, disponible du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30 (sélectionner le choix n°2).
 

 

♦ Quelle rémunération pour les kinésithérapeutes ?

La réalisation du contact tracing sera valorisée à hauteur d’un AMK 14,1.

Cette facturation est prise en charge à 100% par l’Assurance Maladie et devra donc être facturée avec l’exonération DIV 3 renseignée.

 

 

COVID-19 : LES KINÉSITHERAPEUTES AUTORISÉS À DIAGNOSTIQUER PAR TEST ANTIGÉNIQUE

Mise à jour : 07/12/2020
 

Depuis le 15 septembre, les kinésithérapeutes, formés et habilités, avaient la possibilité de réaliser des prélèvements d’échantillons biologiques pour le dépistage des infections à la Covid-19. Ces actes devaient être réalisés sous la responsabilité de professionnels habilités pour le diagnostic : biologistes pour les RT-PCR ; médecins, pharmaciens ou infirmiers pour les tests antigéniques. Désormais, les kinésithérapeutes peuvent également poser le diagnostic avec des tests antigéniques et ainsi, être acteurs du dispositif du début à la fin : nous vous expliquons tout !

 

♦ Tests RT-PCR versus tests antigéniques : Comment ? Pourquoi ? Pour qui ?

Prélèvement, professionnels qualifiés, délais, fiabilité, procédures de confirmation, priorisation et indications : l'infographie ci-dessous, rédigée par le Ministère de la Santé, résume tout ce que vous devez savoir.

Notez que la procédure de priorisation vers les tests antigéniques a également évolué. Jusqu’alors, les personnes contacts asymptomatiques, détectées isolément ou au sein de clusters, devaient réaliser des tests RT-PCR. Désormais, elles font partie des personnes prioritaires pour les tests antigéniques.

Les personnes symptomatiques depuis moins de 4 jours, de plus de 65 ans, ou présentant au moins un facteur de risque de forme grave, peuvent également bénéficier d’un diagnostic par test antigénique. Cependant, en cas de résultat négatif, ce dernier devra être reconfirmé par RT-PCR.

 


 

 

 

♦ Comment et où se fournir ? Quels sont les tests homologués ?

Les professionnels de santé libéraux doivent s’approvisionner via les pharmacies d’officine. Vous pouvez contacter vos pharmaciens de proximité ou utiliser l’application mise en place par l’URPS Pharmaciens IDF

Utilisée lors de la première phase de la crise sanitaire, pour la distribution des masques à destination des professionnels de santé, cette application est désormais mise à jour pour faciliter la distribution des tests antigéniques. Cette distribution est intégralement prise en charge par l’Assurance Maladie, vous n’aurez aucun frais à avancer.

Pour pouvoir être utilisé, un test doit être marqué CE et répondre aux spécifications techniques de la Haute Autorité de Santé. Retrouvez la liste des tests homologués en cliquant-ici.
 

 

♦ Comment se former ? Comment s’assurer d’être couvert par son assurance ?

La formation aux prélèvements nasopharyngés est obligatoire. Elle peut se faire soit par un professionnel de santé lui-même formé et habilité, soit en suivant une formation en présentiel et/ou en ligne

Dans tous les cas, la formation et l’habilitation devront se faire conformément aux recommandations de la Société Française de Microbiologie.

Pour être couvert par sa responsabilité professionnelle pour un acte non prévu dans le cadre de son exercice habituel, le kinésithérapeute devra transmettre son habilitation de formation et d’habilitation à son assureur.
 

 

♦ Équipements de protection individuels, locaux : quelles conditions nécessaires à la réalisation des tests ?

Pour se prémunir des risques de contamination, le respect des mesures d’hygiène et de protection est essentiel. Ci-dessous, les consignes transmises par le Ministère de la Santé, tant pour le préleveur que pour le prélevé, ainsi que pour le lieu de prélèvement :

 

♦ Identification des patients et élimination des déchets biologiques : quelles précautions ?

L’identification des patients devra être rigoureusement assurée en amont du prélèvement. A l'aide de 3 étiquettes avec le nom, le prénom, la date de naissance et le numéro de sécurité sociale de la personne :

  • Une étiquette sera apposée sur la fiche de communication du résultat au patient.

  • Une étiquette sera destinée au tube d’extraction.
     
  • Une étiquette pour la cassette immunochromatographique.

Les déchets biologiques devront être éliminés par la filière DASRI. Les équipements de protection individuels seront éliminés par double sac plastique et placés, après stockage durant 24 heures à température ambiante, dans la filière des ordures ménagères.

 

Infographie du Ministère de la Santé sur les précautions en amont et en aval de la réalisation des tests antigéniques :

 

 

♦ Comment rendre le résultat au patient ? Obligation de compte-rendu, guide d’entretien et documents à remettre au patient pour consignes à suivre selon le résultat. 

1. Le Ministère de la Santé a édité un guide d’entretien dans lequel vous retrouverez de manière synthétique l’ensemble des points essentiels, tant pour l’accueil du patient que pour la remise du résultat.

Cliquez sur chaque fiche pour télécharger le document :


2. Le résultat doit être rendu par écrit, au travers d’une fiche qui s’éditera automatiquement lorsque vous remplirez la plateforme SIDEP. La remontée des résultats sur cette plateforme est une obligation, elle permet aux autorités sanitaires d’enclencher le contact tracing et de suivre l’évolution de l’épidémie.

3. Un document précisant la conduite à tenir, selon que le résultat du test est positif ou négatif sera également remis au patient.

Vous pouvez télécharger ces documents en cliquant sur chaque fiche ci-dessous :

♦ Saisie des résultats : outil SI-DEP 

La remontée des résultats des tests sur la plateforme SI-DEP est une obligation. Elle permet aux autorités sanitaires d’enclencher le contact tracing et de suivre l’évolution de l’épidémie

Comme précisé précédemment, cela vous permet également d’éditer la fiche de résultat à remettre au patient et d’importer la fiche pour traçabilité dans votre logiciel professionnel.

La saisie des résultats dans SI-DEP est également une obligation pour la facturation.

  • Comment faire ?
  1. Le système d’information SI-DEP est accessible en cliquant ici.
     
  2. Vous pouvez ensuite vous connecter à SI-DEP :
  • Directement avec votre carte CPS
     
  • Ou en activant votre carte e-CPS
    • Dans ce cas, il vous faudra préalablement télécharger l’application mobile e-CPS disponible sur Google Play ou Apple Store.

          
       
    • Télécharger la procédure de l'Agence du Numérique en Santé pour tests e-CPS 

Des tutoriels sont également accessibles sur la plateforme de l’AP-HP en cliquant ici.
 

 

♦ Cotation des actes et facturation à l’Assurance Maladie

Des cotations AMK étaient déjà en place pour les actes de prélèvement. A ces cotations s’ajoutent désormais des cotations prévues incluant l’acte de prélèvement et la réalisation du diagnostic. Trois cas de figure, selon le lieu et le cadre du dépistage :

  • AMK 12,2 pour un examen sur le lieu d’exercice du kinésithérapeute.
     
  • AMK 14 pour un examen réalisé à domicile.
     
  • AMK 8,9 pour un examen réalisé dans le cadre d’un dépistage collectif en établissement médico-social ou centre ambulatoire Covid-19.

Une ordonnance n’étant pas obligatoire pour autoriser l’acte de prélèvement et/ou de prélèvement-diagnostic, l’Assurance Maladie propose l’utilisation d’un code « fictif » pour renseigner le code médecin :

  • Renseigner le numéro prescripteur suivant : n° AM 291 991 453. Dans ce cas, la télétransmission se fera sans joindre une ordonnance, sans générer d’indu.

Dans le cas où le patient fournit une ordonnance ou un bon “contact tracing”, le processus de facturation reprend le code du médecin prescripteur.

Ces actes sont pris en charge à 100% au titre de l’assurance maladie obligatoire en mentionnant le code « EXO-DIV ».

 

♦ Tests de dépistage - Mise en place d'une plateforme de réactovigilance

Si, lors de l’utilisation d’un test, vous constatez une défaillance, une altération de ses caractéristiques ou une inadéquation (notice, étiquetage…) susceptible d’entraîner ou d’avoir directement entrainé des effets néfastes (notamment faux positif et faux négatif), vous êtes invités à le déclarer en tant qu’événement de réactovigilance :

 

  • Soit sur le portail de signalement des évènements sanitaires indésirables en cliquant ici.

Ces déclarations sont d’autant plus importantes dans le contexte pandémique car il s’agit de nouveaux tests et constituent des éléments indispensables à l’ANSM pour la surveillance du marché.

 

  Consultez le kit de déploiement des tests antigéniques du Ministère de la Santé.

 

♦ Vous souhaitez réaliser des tests antigéniques et le faire savoir ?

Le Ministère de la Santé a mis en place une plateforme sur laquelle vous pouvez vous identifier. Vous serez ainsi référencé et une personne à la recherche d'un professionnel pratiquant la réalisation de tests antigéniques aura ainsi accès à vos coordonnées sur https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid

Pour vous inscrire : https://sante.fr/professionnel/connexion

 


TESTS DE DEPISTAGE : ACTES DE PRELEVEMENT PAR LES KINESITHERAPEUTES

Mise à jour : 07/12/2020

Comme nous le précisions précédemment, les kinésithérapeutes formés et habilités sont autorisés à réaliser des prélèvements d’échantillons biologiques pour l’examen de détection du génome du SARS-CoV-2. En dehors de la réalisation des tests antigéniques de type TROD (entièrement sous leur responsabilité), ils peuvent également effectuer des prélèvements pour des tests de type RT-PCR. Dans ce cas, le résultat est sous la responsabilité du biologiste.
 

Le kinésithérapeute intervient alors en appui de ce dernier, dans un cadre contractuel (signature d’une convention de fonctionnement entre le professionnel préleveur et le laboratoire d’analyses médicales).

  • Les conditions de formation sont les mêmes que pour les tests antigéniques.
     
  • La cotation fait l’objet d’un :
     
    • AMK 4,54 pour un prélèvement réalisé en laboratoire ou en cabinet.
       
    • AMK 6,15 pour un prélèvement réalisé à domicile.
       
  • La facturation de l’acte de prélèvement s’effectue dans les mêmes conditions que pour les tests antigéniques :
     
    • En l’absence d’ordonnance, utilisation du code médecin fictif : n° AM 291 991 453.
      • La télétransmission s’effectue sans ordonnance et ne génère aucun indu.
         
    • Sur présentation d’une ordonnance ou d’un « bon de contact tracing » : reprendre le code du médecin prescripteur et joindre la prescription à la télétransmission.
       
    • Actes pris en charge à 100% au titre de l’Assurance Maladie Obligatoire, en mentionnant le code EXO-DIV

 

 

SUIS-JE CAS CONTACT ? LES DERNIERES MISES A JOUR DE SANTE PUBLIQUE FRANCE

Mise à jour : 18/11/2020

Cas « possible » , « probable », « confirmé », « contact à risque », « contact à risque négligeable »… Toutes ces formulations font désormais partie de notre quotidien. Quelles en sont les définitions ? Qu’est-ce qu’une protection efficace ? Est-on protégé par une sérologie positive à la Covid-19 ? Lorsque l’on s’interroge sur une situation vécue, comment savoir si on est « cas contact » ?

Santé Publique France a mis à jour ces définitions de cas, en les adaptant à l’évolution des connaissances sur l’épidémie de Covid-19.

♦ Quelles évolutions dans la définition d’un cas confirmé ?

La définition d’un cas confirmé inclut désormais les tests par amplification moléculaire de type RT-LAMP et les tests antigéniques ; et ce en plus des tests de type RT-PCR.
 

♦ J’ai eu un résultat de sérologie positif à la Covid-19 et j’ai de nouveau eu un contact avec un cas de Covid-19 ; suis-je protégé ?

Les tests sérologiques permettent de savoir si une personne possède des anticorps contre le SARS-CoV2. Si une personne a effectué une sérologie, dont les résultats sont revenus positifs, datant de moins de 2 mois ; et si cette personne se trouve en situation de contact avec un cas de Covid-19, elle ne sera pas considérée comme cas contact « à risque » mais comme « contact à risque négligeable ».
 

♦ Qu’est-ce qu’une protection efficace ?

Lorsque l’on est en présence d’une personne infectée par le SARS-CoV-2, une protection efficace s’opère si des mesures dites « barrière » sont respectées. Cette barrière passe par la création de deux espaces indépendants, séparant chacun des protagonistes. Cela est par exemple le cas lors d’une communication au travers d’une vitre ou d’un hygiaphone.

Lorsque les masques répondent à des normes garantissant un niveau suffisant de filtration, tant à l’inspiration, qu’à l’expiration, leur port est également efficace dans les conditions suivantes :

  • lorsqu’il est porté par vous-même ou par le cas, s’il s’agit d’un masque FFP2, d’un masque chirurgical, d’un masque en tissu fabriqué selon la norme AFNOR SPEC S76-001 de catégorie 1, ou d’un masque en tissu à fenêtre transparente homologué par la Direction générale de l’armement ;
     
  • lorsqu’il est porté par chacune des parties lorsqu’il s’agit d’un masque en tissu fabriqué selon la norme AFNOR SPEC S76-001 de catégorie 2.

 

♦ Et pour les masques « maison », les visières ou les plaques en Plexiglas ?

Le port ou la mise en place de ces accessoires ne sont pas considérés comme des mesures de protection efficaces.
 

♦ Une personne présente des signes évocateurs de la Covid-19, dans quelle mesure est-elle un « cas possible » ?

Santé Publique France apporte des éléments relatifs aux signes cliniques selon l’âge et la situation de la personne :

  • En population générale : asthénie inexpliquée ; myalgies inexpliquées ; céphalées en dehors d’une pathologie migraineuse connue ; anosmie ou hyposmie sans rhinite associée ; agueusie ou dysgueusie. 
     
  • Chez les personnes âgées de 80 ans ou plus : altération de l’état général ; chutes répétées ; apparition ou aggravation de troubles cognitifs ; syndrome confusionnel ; diarrhée ; décompensation d’une pathologie antérieure. 
     
  • Chez les enfants : tous les signes sus-cités en population générale ; altération de l’état général ; diarrhée ; fièvre isolée chez l’enfant de moins de 3 mois.
     
  • Chez les patients en situation d’urgence ou de réanimation : troubles du rythme cardiaque récents ; atteintes myocardiques aigües ; évènement thromboembolique grave. 
     

♦ Je m’interroge sur une situation vécue. Comment savoir si je suis cas contact ?

Nous avons résumé les informations de Santé Publique sous la forme d’un arbre décisionnel que vous pouvez consulter ci-dessous :

A noter : les définitions de cas en milieu scolaire ne sont pas reprises par Santé Publique France. Elles suivent le protocole sanitaire de l’Education Nationale.