Taille du texte : A- A A+

Le Prix Irénée, qu'est-ce que c'est ?

Il récompense chaque année les meilleurs mémoires des étudiant(e)s kinés francilien(ne)s

En savoir plus keyboard_arrow_down
printImprimer

Prix Irénée : Valorisons la recherche et la kinésithérapie ambulatoire !

 

Valoriser la kinésithérapie libérale fait partie des missions de l’URPS Kiné IDF.
C’est pour cette raison qu’a été lancé en 2015 le Prix Irénée, qui récompense chaque année les meilleurs mémoires, portant sur un sujet ambulatoire, des étudiants kinés franciliens.

 


LE PRIX IRENEE, QU'EST-CE QUE C'EST ?

 

Ce prix récompense les meilleurs travaux de fin d’étude de nos jeunes consœurs et confrères. Les candidat(e)s au Prix Irénée doivent soumettre leurs résumés de mémoire, lesquels sont examinés par un comité de lecture.

Chaque mémoire est évalué par deux profils d’évaluateurs(trices) :

  • Profil clinicien : praticiens avec un parcours professionnel centré sur la pratique.
     
  • Profil académicien : praticiens avec un parcours universitaire et disposant au minimum d’un Master de sciences.
     

5 finalistes sont sélectionnés, et soutiennent leurs travaux devant un jury composé de 3 élus URPS Kiné IDF afin d’être départagés.

Ces 5 finalistes présentent également leurs travaux lors de la Cérémonie de remise des Prix, devant un public de kinésithérapeutes, d’étudiants et de membres du corps enseignant. A l’issue de la soirée, le classement est annoncé, et les Prix remis.

1er place : 5000 €

2ème place : 3000 €

3ème place : 2000 €
4ème et 5ème place : Lot (ex. livre)

 

Consultez notre FAQ dédiée pour en savoir +
 

Les lauréat(e)s de l’édition 2015
Les lauréat(e)s de l’édition 2016
Les lauréat(e)s de l’édition 2017

Les lauréat(e)s de l’édition 2019 (à venir)



LA RECHERCHE ET LA KINESITHERAPIE AMBULATOIRE, PAS FORCEMENT ANTINOMIQUES !

 

Le Prix Irénée valorise donc la kinésithérapie ambulatoire sur fond de recherche.

En France, près de 85% des kinésithérapeutes sont libéraux. Cela représente plus de 10 000 kinésithérapeutes libéraux en Île-de-France, pour lesquels, la recherche y est difficilement applicable.

 

Pourtant, les 11 IFMK franciliens forment chaque année plus de 700 nouveaux praticiens, et la majorité des travaux menant à l’obtention de leur Diplôme d’Etat se fait avec une méthodologie scientifique. Les cas cliniques sont rares, au profit des revues systématiques, essais cliniques, enquêtes, études qualitatives…

La méthode scientifique est maintenant fortement ancrée dans le paysage de la kinésithérapie, mais cela ne signifie pas que les sujets traités s’éloignent des soins ambulatoires. En effet, parmi les sujets, on retrouve la douleur, la rééducation post-AVC, les lombalgies, les tendinopathies… Des pathologies que nous voyons chaque jour au sein de nos cabinets, et c’est avec un œil neuf et scientifique que nos consœurs et confrères vont rendre un avis.