Taille du texte : A- A A+

Kinésithérapie en pratique avancée

Toutes les informations sur la pratique avancée en kinésithérapie : qu’est-ce que c’est ? dans quel contexte s’inscrit-elle ? où en sommes-nous ? quelles sont les perspectives ?

En savoir plus keyboard_arrow_down
printImprimer

Retrouvez dans cet article toutes les informations sur la pratique avancée en kinésithérapie : qu’est-ce que c’est ? dans quel contexte s’inscrit-elle ? où en sommes-nous ? quelles sont les perspectives ?

Dernière mise à jour : 04/03/2021

               
 

QU'EST-CE QUE LA PRATIQUE AVANCÉE ? DANS QUEL CONTEXTE ?

L'article 119 de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a ouvert la possibilité pour les auxiliaires médicaux d'exercer en pratique avancée au sein d'une équipe de soins primaires coordonnée par le médecin traitantLa pratique avancée permet ainsi à des professionnels paramédicaux d’exercer des missions et des compétences dépassant leurs activités habituelles, compétences jusque-là dévolues aux seuls médecins.

L’ARS Île-de-France a été précurseur de l'expérimentation visant à déployer les premières infirmières en pratique avancée avant que l'arrêté du 18 juillet 2018 relatif au régime des études en vue du diplôme d'Etat d'infirmier en pratique avancée ne l'officialiseLes infirmières s’en sont saisies et elles peuvent aujourd’hui exercer aussi bien en libéral qu’en établissement de santé après deux ans de master en université.

 

POUR LA KINÉSITHÉRAPIE, OÙ EN SOMMES-NOUS ?

Yvan Tourjansky fait partie depuis 2019 du groupe de travail national regroupant les syndicats libéraux, l’Ordre, le CNKS (Collège national de la kinésithérapie salariée) et la FNEK (Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie) sur ce sujet.

Lors du séminaire organisé le 15 janvier 2020 par l’ARS Île-de-France, pour faire un état des lieux de l’expérimentation menée par les infirmières, Yvan Tourjansky a suggéré l’étude d’une expérimentation similaire pour les kinésithérapeutes.

La réponse favorable du Directeur Général de l’ARS a débouché le 10 septembre sur une réunion avec la direction de l’offre de soin de l’ARS IDF représentée par Madame Gwenaelle Lebreton, Directrice adjointe du Pôle Ressources humaines en Santé.

Il a été demandé à l’URPS Kiné IDF de faire un état des lieux des modèles internationaux existants intégrant la kinésithérapie en pratique avancée. L’URPS Kiné IDF a fait appel à Anthony Demont pour réaliser ce travail en lien avec le Président de l’URPS.


Le document fut transmis par l’URPS en novembre à l’ARS et a servi de support pour rencontrer la FEMASIF (Fédération des Maisons et Pôles de Santé en IDF), la collégiale des cadres de rééducation de l’AP-HP, des directeurs d’IFMK (Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie), la FHF (Fédération Hospitalière de France) et la FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne).

 

QUELLES SONT LES PERSPECTIVES POUR LES PRATIQUES AVANCÉES ?

Tous ces acteurs ont été intéressés par les modèles présentés et ont souhaité la création d'un groupe de travail coordonné par l’ARS Île-de-France.

C’est donc ce qui sera demandé à l’ARS lors de la réunion avec Monsieur Gilles Desserprit, Responsable programme IPA du pole Ressources humaines en santé de la Direction de l’Offre de soins de l’ARS IDF le 9 mars 2021.

L’expérimentation en Île-de-France, si elle doit avoir lieu, doit être conduite en cohérence avec la vision de la pratique avancée portée par les organisations nationales représentant la profession de kinésithérapeute.

 

  Consultez toutes les informations sur le site du Ministère de la Santé